Canada Goose orange

juillet 6, 2017 Commentaires fermés sur Canada Goose orange

Steeve Goose admet que si 80% des Etats de la planète ont ratifié la Convention d’Ottawa, soit 156 pays, la question des acteurs non étatiques demeure lancinante. Ces derniers ont fait usage de cette arme destructrice dans 28 pays. C’est le cas des FARC, la guérilla marxiste colombienne, qui ont été de loin les plus grands utilisateurs de mines.Autre avancée permise par le traité: 86 Etats ont détruit près de 44 millions de mines et se sont débarrassés de tous leurs stocks. Trois Etats parties à la Convention d’Ottawa sont toutefois en violation du traité pour n’avoir pas respecté le délai de destruction des stocks: la Biélorussie, la Grèce et la Turquie. Canada Goose orange En termes de production aussi, des progrès ont été accomplis. Si on comptait près de 50 Etats producteurs voici une décennie, on n’en compte en 2008 que trois: l’Inde, le Pakistan et la Birmanie.

Pour combattre le fléau, Canada Goose orange les actions de déminage ont produit des effets positifs. En dix ans, des terrains représentant deux fois la superficie de Londres (3200 kilomètres carrés) ont été nettoyés de plus de 2,2 millions de mines antipersonnel, de 250 000 mines antivéhicules et de 17 millions de restes de guerre explosifs. La Convention impose aux Etats parties de déminer dans un délai de dix ans. Quinze Etats n’ont pas réussi à se conformer à cet objectif et ont demandé une extension des délais. Deux Etats sont toutefois cloués au pilori: le Royaume-Uni et le Venezuela qui n’ont tous deux pas même commencé les travaux de déminage.

Canada Goose orange Reste un domaine où les résultats laissent à désirer: l’aide aux victimes qui ont survécu à l’explosion d’une mine. Contrairement au Traité d’Oslo sur les bombes à sous-munitions, la Convention d’Ottawa ne prévoit rien pour les survivants. «Il y a des centaines de milliers de victimes dans le monde», souligne Stan Brabant, responsable de l’Unité politique de Handicap International. Mais peu d’entre elles bénéficient d’une aide psychosociale ou de réhabilitation dans le circuit économique.